Tabac et troubles psychiques

Souffrir d’une maladie psychique et fumer vont souvent de pair. Schizophrénie, dépression, troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie), troubles de la personnalité et autres dépendances font partie du répertoire des troubles psychiques. Mais il en existe bien d’autres.

Les personnes souffrant de troubles psychiques sont environ deux fois plus nombreuses à consommer du tabac que le reste de la population. En plus, les fumeurs qui ont un trouble psychique fument plus de cigarettes que ceux qui n’en ont pas. Ce sont le plus souvent de gros fumeurs (plus de vingt cigarettes par jour) et le niveau de leur dépendance à la nicotine est aussi plus élevé.

Certains troubles psychiques sont plus spécifiquement associés au tabagisme. Le nombre de fumeurs parmi les patients souffrant de schizophrénie est par exemple trois à quatre fois plus élevé que dans la population générale. De même, consommer du tabac est plus fréquent parmi les personnes atteintes de dépression sévère, ou encore de phobie sociale.

Ce lien entre troubles psychiques et tabagisme a pour conséquence que les maladies liées au tabac sont une des principales causes de décès chez les adultes souffrant de ces troubles psychiques.

Les raisons de ce lien entre troubles psychiques et tabagisme sont complexes et multiples. C’est une combinaison entre des aspects physiques, psychiques et sociaux qui permet d’expliquer pourquoi la consommation de tabac chez les personnes souffrant de troubles psychiques est différente de ce que l’on observe dans la population générale.

Arrêter de fumer peut être plus difficile lorsque l’on souffre de troubles psychiques. L’arrêt du tabac chez les personnes souffrant de troubles psychiques est malgré tout possible. Il devrait être encouragé et se faire sous surveillance médicale.

10-12-2013 | CIPRET-Vaud et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Print Friendly

Informations