Que sait la population suisse sur les dangers de la fumée passive?

Le Monitorage suisse des addictions (MSA) a sondé en 2014 l’état des connaissances de la population suisse sur la dangerosité du tabagisme passif.

Les personnes sondées ont notamment dû répondre aux 5 affirmations suivantes :

  • le tabagisme passif régulier augmente la probabilité de souffrir d’asthme et de bronchite (réponse correcte : vrai) ;
  • le tabagisme passif régulier augmente le risque d’infarctus/crises cardiaques (réponse correcte : vrai) ;
  • le tabagisme passif régulier peut avoir des effets mortels (réponse correcte : vrai) ;
  • le tabagisme passif régulier est moins préjudiciable à la santé que la pollution de l’air (réponse correcte : faux) ;
  • le tabagisme passif régulier augmente de 25% les risques de cancer du poumon (réponse correcte : vrai).

Selon cette enquête, près de 60% de la population se positionne de manière appropriée face à au moins quatre de ces affirmations concernant les dangers liés au tabagisme passif.

Quelques résultats en détail :

  • 63,9% des personnes interrogées savent que le tabagisme passif « peut avoir des effets mortels » ;
  • 82,3% des personnes interrogées répondent que le tabagisme passif « augmente la probabilité de souffrir d’asthme et de bronchite » ;
  • 74,3 % savent que « le tabagisme passif régulier augmente de 25% les risques de cancer du poumon » ;
  • 72,1% savent que « le tabagisme passif régulier augmente le risque d’infarctus/crises cardiaques » ;
  • seulement 52.3% des personnes interrogées affirment que « le tabagisme passif est plus dangereux que la pollution de l’air en Suisse ».

Ce sont chez les 35-44 ans que l’on trouve le niveau de connaissances le plus élevé par rapport aux dangers du tabagisme passif.

Les connaissances relatives aux dangers du tabagisme passif varient également en fonction du statut de consommation. De manière générale, les fumeurs présentent des niveaux de connaissances de la dangerosité du tabagisme passif plus faibles que les non-fumeurs.

Enfin, les connaissances des dangers liés au tabagisme passif augmentent avec le niveau de formation ; plus le niveau de formation est élevé, plus le niveau de connaissances est élevé.

18-04-2016 | CIPRET-Vaud

Print Friendly