Cigarette électronique: recommandations pratiques du CIPRET-Vaud

Il est actuellement admis que les risques liés au vapotage sont nettement inférieurs à ceux du tabagisme, même si des incertitudes existent quant à ses effets sur la santé à long terme. Compte tenu de l’état des connaissances actuelles, il n’est pas possible d’émettre des recommandations uniformes pour l’usage et la réglementation de la cigarette électronique valables pour l’ensemble de la population.

Dans ce contexte, le CIPRET-Vaud adopte dans ses recommandations pratiques une position différenciée en fonction des publics-cibles.

Tout d’abord, pour ce qui est des fumeurs, le CIPRET-Vaud :

  • soutient que le vapotage puisse être un mode de réduction des risques du tabac, sous réserve d’un arrêt complet de la consommation tabagique.
  • soutient que le vapotage puisse être un outil d’aide à l’arrêt du tabac chez les personnes désireuses de sortir du tabagisme et pour lesquelles les aides conventionnelles d’aide à l’arrêt ne font pas sens ou ont déjà été tentées sans succès. Dans ce cadre, le CIPRET-Vaud soutient l’autorisation de commercialisation de liquides contenant de la nicotine.

Concernant l’ensemble de la population, le CIPRET-Vaud :

  • recommande, dans une visée de protection de la jeunesse et par principe de précaution, que l’accès aux cigarettes électroniques avec ou sans nicotine soit strictement réservé aux adultes.
  • recommande, en vue de l’incertitude quant à la nocivité du vapotage passif et en vertu du principe de précaution, qu’une interdiction de vapoter dans les endroits où il est déjà interdit de fumer soit préconisée. Le CIPRET-Vaud encourage à ce titre les exploitants de lieux publics, les institutions et les entreprises à se doter d’un règlement interne interdisant l’utilisation de cigarettes électroniques dans leurs locaux.

02-10-2017 | CIPRET-Vaud

Print Friendly, PDF & Email