Où en est la prévention du tabagisme en Suisse ?

Acteurs de la prévention du tabagisme

En Suisse, la prévention du tabagisme est relayée et développée par un grand nombre d’acteurs.

La Confédération se consacre à la définition de la stratégie globale (Programme national tabac 2008-2016, puis Stratégie maladies non transmissibles), aux prescriptions réglementaires concernant les produits, à l’imposition du tabac, à la protection des travailleurs, à la gestion du Fonds de prévention du tabagisme (FPT), au monitoring des comportements vis-à-vis du tabac, à l’organisation de campagnes grand public et à la coordination de la prévention à l’échelle du pays.

Les cantons, pour leur part, gèrent certains aspects essentiels de la prévention comportementale et structurelle, notamment via la mise en œuvre de programmes cantonaux de prévention du tabagisme.

Des organisations non gouvernementales (ONG), des associations spécialisées et des acteurs privés jouent également un rôle très actif dans la prévention du tabagisme, au niveau de l’aide à la désaccoutumance (conseil et thérapie), de la recherche, de l’information au public ou encore des interventions politiques.

La Confédération, les cantons et les ONG collaborent ainsi sous la forme d’un partenariat en faveur de la prévention du tabagisme, pour relever ensemble le défi de mettre en place et développer une prévention efficace.

Etat de la prévention du tabagisme

La prévention du tabagisme a obtenu quelques bons résultats en Suisse ces dernières années : le  nombre de fumeurs a baissé depuis 2001, l’exposition au tabagisme passif est en très net recul, la protection de la jeunesse tend à être améliorée. Par ailleurs, on assiste à un changement de paradigme dans l’opinion publique : dans la vie en société, le fait de ne pas fumer devient de plus en plus évident.

Différentes mesures préventives ont contribué à ces améliorations. Par le biais de plusieurs campagnes médiatiques de grande ampleur (ex: SmokeFree dès 2011), le public est régulièrement informé des bienfaits d’une vie sans tabac. Des projets de prévention cantonaux et nationaux permettent de sensibiliser des groupes cibles spécifiques. La Confédération, par des mesures législatives telles que le la création du Fonds de prévention du tabagisme (2003), le relèvement de l’impôt sur le tabac, l’apposition de mises en gardes illustrées sur les paquets de cigarettes (depuis 2010), la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif (2010), a aménagé les conditions structurelles de cette prévention.

Parallèlement, un certain nombre de cantons ont fait davantage d’efforts pour offrir une protection contre le tabagisme passif ainsi que pour restreindre la publicité pour le tabac et l’accès aux produits du tabac (protection de la jeunesse). C’est notamment le cas du canton de Vaud qui dispose d’une interdiction de vente et de remise de tabac aux mineurs, d’une interdiction de fumer dans les lieux publics plus restrictive que la loi fédérale et d’une restriction de la publicité.

Ces mesures réglementaires au niveau des cantons sont complétées par de nombreuses initiatives, projets, offres et travaux de recherche émanant de divers acteurs aux niveaux national, cantonal, régional et local.

Malgré ces avancées, la Suisse accuse un retard en matière de prévention du tabagisme si on la compare au reste de l’Europe. Elle est l’un des rares pays du continent à ne pas avoir ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Une étude comparative de 2016 (Tobacco Control Scale) positionne la Suisse au 21ème rang sur 35 et dénonce une taxation des produits du tabac trop faible et une réglementation en matière de protection contre le tabagisme passif insuffisante. Mais c’est surtout pour sa faible réglementation en matière de publicité pour les produits du tabac que la Suisse est montrée du doigt. En comparaison internationale, la Suisse se démarque effectivement par sa législation très peu restrictive dans le domaine. L’affichage dans le domaine public est interdit dans tous les pays d’Europe à l’exception de la Suisse, l’Allemagne et la Bulgarie. La Suisse est le seul pays européen où la publicité pour les produits du tabac dans la presse est autorisée et, avec la Biélorussie, c’est également le seul pays où il n’existe pas de limitation concernant le parrainage des événements culturels et sportifs.

Par rapport aux vastes moyens et espaces utilisés par l’industrie du tabac, seuls quelques domaines sont concernés par des interdictions au niveau fédéral (radio et TV) ou cantonal (ex. affichage public). Les lois existantes en Suisse laissent ainsi des marges de manœuvre importantes à la promotion du tabac. La loi fédérale sur les produits du tabac en cours d’élaboration a le potentiel de combler cette lacune et de rapprocher la Suisse des standards internationaux.

Pour plus d’informations

03-05-2017 | CIPRET-Vaud

Print Friendly