Le tabac chauffé dans l’iQOS produit de la fumée

Des chercheurs de l’Institut de Santé au Travail (IST) et de la Policlinique Médicale Universitaire (PMU) de Lausanne ont publié, dans la revue scientifique américaine JAMA-Internal Medicine, des résultats d’une étude indépendante sur l’iQOS.

Ils mettent en évidence que l’iQOS émet de la fumée et relâche des composés toxiques présents également dans la fumée d’une cigarette conventionnelle (composés organiques volatils, hydrocarbures aromatiques polycycliques cancérigènes et monoxyde de carbone). Bien que la concentration de la plupart de ces composés toxiques soit moins élevée que dans la fumée de la cigarette conventionnelle, les chercheurs ont également trouvé la présence importante d’autres substances nocives telles que l’acroléine et l’acénaphtène, deux substances irritantes majeures de la fumée de tabac.

En attendant d’autres études indépendantes les produits de tabac « chauffés » comme l’iQOS devraient être soumis aux mêmes interdictions de fumer dans les espaces publics que les cigarettes conventionnelles.

La Research Letter publiée dans le JAMA

L’article de 24 heures

Interview de Reto Auer, de l’IST, au journal de 6h de la RTS
 

Reportage au journal de 19h30 de la RTS
 

 

13-06-2017 | CIPRET-Vaud

Print Friendly

Actualités