Fumer ou non: des facteurs liés au contexte, au produit et à la personne

Fumer ou non dépend d’une interaction complexe entre des facteurs liés au contexte, au produit et à la personne.

Le contexte

L’entourage joue un rôle important dans le début de la consommation de tabac. La famille, les amis et les modèles autour de soi influencent en effet le comportement par rapport au tabac. Les jeunes qui comptent des fumeurs dans leur entourage sont notamment plus à risque de commencer à fumer. A l’adolescence, la cigarette peut aussi être utilisée comme un moyen de se rebeller contre ses parents ou d’appartenir à un groupe.

Au niveau de l’environnement scolaire et professionnel, le stress lié au travail scolaire est également un facteur qui augmente le risque de commencer à fumer.

La publicité pour le tabac favorise aussi la consommation de cigarettes. La publicité pour le tabac visant les enfants et adolescents est très répandue et a pour effet de banaliser la consommation de tabac.

Les différentes lois sur le tabac (ex : les avertissements sur les paquets de cigarette) ont, quant à elles,  pour effet de limiter le début de consommation de tabac.

Le produit

Plus l’accès au tabac est facile, plus les risques de commencer ou de continuer à fumer sont élevés. La diminution de l’accessibilité des cigarettes, notamment par l’augmentation du prix du paquet et la limitation de la vente de cigarettes aux mineurs, permet alors de limiter la consommation de tabac.

Un autre facteur important expliquant la consommation de tabac est la nicotine présente dans les cigarettes et les autres produits du tabac. Le pouvoir addictif de la nicotine est en effet élevé, fumer rend ainsi très vite dépendant et amène à poursuivre sa consommation.

Les substances ajoutées au tabac (appelées additifs) rendent également le produit plus attractif, encourageant ainsi la consommation et favorisant la dépendance des fumeurs.

A côté des cigarettes, il existe une variété des produits du tabac (shisha, tabac à rouler, cigarette mentholée, etc.) qui peuvent rendre dépendant et amener à la consommation de cigarettes.

La personne

Des facteurs liés à la personnalité et à certaines caractéristiques de l’adolescence peuvent contribuer au début de la consommation de tabac. La tendance à prendre des risques, la curiosité pour de nouvelles expériences ou encore le besoin de transgresser des règles favorisent notamment l’expérimentation de la cigarette. Pour les jeunes, fumer est souvent un rite de passage à l’âge adulte.

L’estime de soi et la connaissance des dangers de la consommation jouent également un rôle dans le début de consommation. Une bonne estime de soi ainsi qu’une bonne connaissance des risques liés au tabagisme diminue en effet les risques de commencer à fumer.

Des troubles psychologiques comme l’anxiété et la dépression peuvent encore favoriser la consommation de cigarettes.

Pour plus d’informations

14-01-2014 | CIPRET-Vaud

Print Friendly