Conséquences de l’arrêt

Arrêter de fumer comporte de nombreux bénéfices à court et à long terme. Cela n’empêche pas de se poser des questions sur la manière dont le corps va réagir à cet arrêt : symptômes de manque, prise de poids, stress ? Les informations ci-dessous font un bref tour de la question.

Symptômes de manque (ou de sevrage)

Lorsqu’on arrête de fumer, il est possible de ressentir différents symptômes dus au manque de nicotine dans l’organisme. Ces effets négatifs s’appellent des « symptômes de manque » ou « symptômes de sevrage ».

Les symptômes de manque les plus fréquents sont :

  • le besoin urgent et irrépressible de fumer;
  • l’irritabilité;
  • les troubles de la concentration;
  • l’anxiété;
  • les troubles du sommeil;
  • la dépression;
  • la fatigue;
  • les maux de tête;
  • la faim, la constipation.

Ces symptômes commencent généralement entre 2 et 72 heures après l’arrêt et durent pendant 10 à 30 jours. Leur intensité est la plus forte après 3-4 jours d’arrêt, ils diminuent ensuite progressivement. Ils peuvent être très variables selon les personnes. Les substituts nicotiniques ainsi que le buproprion (Zyban©) ou la varénicline (Champix©) peuvent aider à réduire ces symptômes de manque.

Prise de poids

L’une des principales craintes lors de l’arrêt du tabac est la prise de poids. S’il est possible de prendre entre 3 et 4 kg en moyenne à l’arrêt, cela n’est pas une fatalité. Certains fumeurs ne prennent en effet pas du tout de poids à l’arrêt. Il n’est pas nécessaire de faire un régime, mais prenez le temps de réfléchir à une alimentation équilibrée et n’hésitez pas à demander des conseils à votre médecin ou à un diététicien.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la prise de poids lors de l’arrêt du tabac :

  • manger est un moyen de compenser le geste de fumer;
  • l’augmentation de l’appétit est un symptôme de manque suite à l’arrêt;
  • la nicotine contenue dans les cigarettes a pour effet d’augmenter les dépenses énergétiques. Le corps brûlerait donc un peu plus de calories par jour lorsqu’on fume.

Quelques astuces pour éviter la prise de poids :

  • prenez des substituts nicotiniques qui aident à contrôler la prise de poids durant le début du sevrage;
  • bougez plus;
  • mangez moins gras et moins sucré;
  • buvez suffisamment d’eau tout au long de la journée;
  • mangez régulièrement, sans sauter de repas, afin d’éviter les fringales.

L’Antenne des Diététiciens Genevois organise un parcours en 3 séances pour acquérir les bons comportements alimentaires. Plus d’informations dans la rubrique « adresses pour arrêter ».

Nervosité, irritabilité, stress

Suite à l’arrêt du tabac, il est possible de souffrir d’irritabilité et de stress dus au manque de nicotine. Ces symptômes sont courants mais ne durent généralement pas longtemps après l’arrêt. Ils peuvent être réduits en utilisant des substituts nicotiniques.

Bon nombre de fumeurs disent fumer car cela les détend. Cette impression que fumer détend vient d’une fausse interprétation des signaux donnés par le corps. Un fumeur souffre en effet de symptômes de manque entre deux cigarettes (nervosité, irritation, problèmes de concentration), qu’il attribue à du stress. Fumer fait disparaître ces symptômes, car le corps reçoit à nouveau de la nicotine, ce qui donne l’impression d’agir comme un anti-stress.

En réalité, le tabac est un facteur de stress pour le corps. Fumer provoque plutôt une stimulation et augmente légèrement la tension artérielle et la fréquence cardiaque. En arrêtant de fumer vous allez donc réduire ce stress à long terme.

31-03-2014 | CIPRET-Vaud et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Print Friendly

Informations